Comment devenir pilote de drones professionnel ?

Seniors
Seniors : 5 conseils pour retrouver du travail
juillet 2, 2021
drones

Un drone est un objet volant sans passager, piloté à distance. Aujourd’hui, il est devenu un engin très répandu favorisant l’apparition d’un nouveau métier : celui de pilote professionnel. Si vous souhaitez pratiquer ce métier en tant qu’autonome, découvrez l’essentiel de la marche à suivre.

Comprendre le mode de fonctionnement d’un drone

Toute formation de pilote de drone nécessite préalablement une parfaite compréhension de son mode de fonctionnement. Le drone est un appareil dont la technologie interne est complexe. Doté d’un système multi-hélices spécial le rendant ultra performant, il est perçu comme une machine indépendante dont les risques de pannes sont réduits. Il est également constitué d’un moteur interne dont la mise en marche se fait grâce à une commande. Cet accessoire est indispensable dans le mécanisme de vol de l’appareil. Généralement, la commande est utilisée pour contrôler tous les mouvements du drone depuis son lancement, en passant par ses capacités de navigation jusqu’à son atterrissage.

Dans sa conception, le drone intègre des capteurs intelligents qui régulent ses orientations et ses prises de vue aériennes. En effet, grâce à ces capteurs, les drones peuvent rester en l’air pendant longtemps, faire plusieurs types de mouvement et prendre des décisions quant à leur hauteur. En outre, lorsque le drone est utilisé avec des batteries puissantes, il peut parcourir de longues distances.

Suivre une formation théorique et pratique

Piloter un drone ne se résume pas seulement à la télécommander, mais à se charger de la prise des vues aériennes et de la rédaction d’un carnet de vol. Ainsi, pour une utilisation professionnelle, il est obligatoire d’acquérir des compétences en la matière. Comme tout autre métier, le pilote de drone doit nécessairement passer par un cursus de formation strict, intégrant une partie théorique et une partie pratique. Le volet théorique de téléguidage de drone est basé sur les connaissances basiques d’utilisation de l’appareil et aussi sur sa réglementation. En effet, cette formation repose sur des connaissances spécifiques aux drones, mais aussi sur les détails liés à la réglementation aérienne générale.

En ce qui concerne la phase pratique, le futur pilote apprendra comment piloter un drone sous la direction d’instructeurs dûment qualifiés. Ces derniers lui inculqueront les notions de base relatives aux systèmes de sécurité. Ainsi sera-t-il mis en situation concrète de conduite (décollage, atterrissage ou captation de vues aériennes). Cela lui permettra une fois autonome, de gérer convenablement les diverses situations inattendues.

Déterminer le type de drone que vous souhaitez piloter

Il existe plusieurs modèles de drones qui répondent à des divers besoins. Ceux-ci se différencient par leurs formes et leurs fonctions. Vous avez ainsi la liberté de choisir la catégorie de drone que vous souhaitez piloter. Si vous êtes passionnés de course, vous pouvez opter pour le drone de course. C’est un type de drone permettant de pratiquer des courses d’obstacles en totale immersion avec des figures acrobatiques. Il existe aussi les drones professionnels. Ils ont de multiples fonctions et sont plus complexes à piloter. Seuls les pilotes professionnels sont amenés à survoler de nuit et dans les zones urbaines s’ils en font la demande et en obtiennent des autorisations. Les drones professionnels servent dans de nombreux domaines tels que la thermographie, la cartographie, la surveillance, le contrôle et la recherche. Vous avez également le choix entre une panoplie de drones, allant du drone loisir au drone avec caméra, sans oublier le drone militaire entièrement différent et qui n’est utilisé que par l’armée.

S’informer sur la réglementation de l’utilisation de l’espace aérien

Piloter un drone est une activité soumise à une réglementation d’utilisation de l’espace aérien. Pour mesure de sécurité, il y a un certain nombre de règles que tout pilote de drone doit suivre. Ainsi, le pilote ne doit pas dépasser une altitude maximale requise, car il pourrait entrer dans l’espace aérien réservé aux avions. Il est aussi interdit de survoler des villes peuplées, des emplacements sensibles et surtout des zones d’aviation. Le pilote n’est pas autorisé à réaliser des vols de nuit. Il lui est formellement interdit de prendre des photos ou des vidéos de personnes sans leur accord. De la même manière, sa conduite doit être sécurisée pour éviter de blesser des particuliers en cas de perte de contrôle de l’engin. Au cas où des dommages surviendraient, la garantie responsabilité civile du pilote se chargera de couvrir les indemnisations. De ce point de vue, il est primordial d’attester que votre responsabilité est couverte par votre assurance actuelle lorsque vous pilotez des drones civils.

Faire une autoformation

Pour apprendre à piloter, vous pouvez décider de travailler seul. Commencer avec un drone bon marché, voir même un jouet ; elle ne requière aucune qualification antérieure. En effet, pour vos entrainements, vous pouvez prendre l’autorisation d’exercer sur des zones isolées. De plus, pour une utilisation en activités particulières le drone doit être homologué par une instance compétente. Des certifications d’aptitude aux fonctions de télépilote doivent être délivrées au pilote par un formateur ou un centre de formation. Cette profession demande de nombreuses connaissances. Si le pilote se spécialise dans des prestations techniques, l’assistance d’un technicien spécialisé est nécessaire.