Quelles sont les mises à jour des formations CACES ?

Formation Eco designer : évoluer avec le monde
mars 19, 2020
école de commerce
Pourquoi intégrer une école de commerce à Paris ?
mai 11, 2020
Formations CACES

Depuis le 1ER janvier 2020, le Certificat d’Aptitude à la Conduite en Sécurité (CACES) a connu quelques améliorations et réformes. Quelles sont ces mises à jour de la formation CACES ? Comment faire pour adopter les nouvelles mesures mises en vigueur ? Un point complet destiné à avoir plus de rigueur et de sécurité dans les entreprises et pour les conducteurs d’engins sera fait dans les lignes qui suivent.

Une réforme qui apporte plus de rigueur

Le CACES, pouvant être délivré par un organisme de formation CACES, a été conçu et mis en œuvre pour confirmer les compétences d’un employé quant à sa capacité à exercer en toute sécurité et selon les règles de l’art la conduite d’une ou de plusieurs engins. Ces engins peuvent être des engins de manutention (chariots de manutention, nacelles, …) ou des engins de chantier.

Loin d’être une simple formalité, la formation CACES est utile et permet aussi bien à l’employeur qu’à l’employé de s’assurer de la maitrise des risques et de la gestion des dangers sur les chantiers ou autres lieux de manutention ou les règles de sécurité sont les plus importantes à suivre.

Même s’il est vrai que ladite formation a permis de réduire le nombre d’accidents de travail dans les milieux professionnels à risque, l’objectif des réformes intervenues est de tendre vers plus d’efficacité et de rigueur, mais aussi de relever le niveau de l’examen en tenant compte de la modernisation des matériels utilisés. Cette amélioration, à l’étude depuis 2015, permettra également par le biais de la formation CACES, de rendre les équipes de manutention et de conduite d’engins plus homogènes. Intéressé par l’assurance transport, visitez le site Magazine Assurance.

Les nouvelles recommandations

De nouveaux référentiels ont été mis à jour en remplacement des anciennes recommandations. En d’autres termes, les six recommandations déjà existantes ont évolué. Ceci est fait dans le but de suivre la modernisation des équipements de travail, mais aussi de sanctionner la formation CACES par un examen plus efficace et plus équitable.

Les nouveaux référentiels

R482 : en remplacement du R372, il est dédié aux engins de chantier ;

R483 : remplace le R483 modifié et s’adresse aux grues mobiles ;

R486 : remplace le R386 et s’adresse aux plateformes élévatrices mobiles de personnel ;

R487 : remplace le R377 modifié et est dédié aux grues à tour ;

R489 : remplace la R389 et est dédié aux chariots de manutention automoteurs ;

R490 : s’adresse aux grues de chargement et remplace la R390.

Dans le rang des nouvelles réformes de la formation CACES, deux recommandations ont vu le jour afin de mieux faire la différence entre familles et catégories d’engins. Ainsi, il y a :

Le R484 : CACES dédié aux Ponts roulants et aux portiques (y compris les portiques à commande au sol et les portiques à commande en cabine ;

Le R485 : CACES dédié aux chariots de manutention automoteurs (engins dont la hauteur de levage est comprise entre 1,20 et 2,50 m dans un premier temps et supérieure à 2,50 m dans un second temps)

Ce qui change pour les engins de chantier

Selon la nouvelle nomenclature, la R482 dédiée aux engins de chantier est maintenant subdivisée en 11 catégories d’engins au lieu de 10 précédemment. Désormais, pour la formation CACES, il sera question des catégories A, B1, B2, B3, C1, C2, C3, D, F et G. Elles correspondent respectivement :

Aux engins compacts (moins de 6 tonnes) ;

Aux engins à déplacement séquentiel (B1= pelles sur pneus ou chenilles de plus de 6 tonnes, B2= engins automoteurs de sondage ou de forage, B3= pelles hydrauliques rail-route)

Aux engins à déplacement alternatifs. Il s’agit particulièrement des chargeuses sur pneus ou tractopelles de plus de 6 tonnes (C1), des bulldozers et chargeuses sur chenilles de plus de 6 tonnes (C2) et des niveleuses (C3) ;

Aux engins compacteurs de plus de 6 tonnes ;

Aux engins de transport (tracteurs agricoles, motobasculeurs …)

Aux chariots de manutention tout terrain ;

Aux engins hors production (engins de démonstration ou d’essai)